Renforcement des détenus de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako pour leur réinsertion économique

Renforcement des détenus de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako pour leur réinsertion économique

La main forte du projet PESAI financé par GCERF

Dans le cadre des activités de renforcement et de réinsertion des détenus, le consortium dirigé par Think Peace démarre ses activités à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako (MCA) par les activités de maraîchage, doublement bénéfique pour le centre de détention et ses habitants.
Dans le cadre de leur formation, des équipements maraichers ont été fournis aux prisonniers jardiniers de la MCA de Bamako, ce mardi 15 décembre 2020. La cérémonie de remise a été présidée par le Directeur adjoint de la DNAPES, Abdoulaye MAIGA, en présence du Coordonnateur de Think Peace, Abdoul Kassim FOMBA, du régisseur de la MCA, Adama GUINDO et des membres de la Commission d’identification des unités de production.
Les équipements étaient composés de pioches, de brouettes, d’engrais, de semences, de grillages de clôture et de filets, entre autres.
Selon les responsables de la sous-commission, cet appui de Think Peace à l’unité de production maraicher à la MCA au profit des détenus marque le début des activités de ladite commission. Ces équipements de Think Peace renforceront les capacités de production des prisonniers maraichers et faciliteront leur réinsertion dans leur propre communauté à leur sortie de prison. Une partie des fonds collectés lors des productions serviront à accompagner le détenu sortant dans sa nouvelle vie de liberté.
« Ces équipements vont améliorer les conditions de travail et de vie des prisonniers. C’est un acte très important et je tiens à la réussite de ce projet parce que ça sera une première », a expliqué le Directeur de la MCA, après avoir témoigné toute sa reconnaissance à l’ONG Think Peace, les membres du consortium et son partenaire GCERF. Le Directeur adjoint de la DNAPES a insisté sur l’utilité de telles initiatives qui serviront à réduire considérablement les cas de récidives et de risque de radicalisation au sein de cette population carcérale.
Prenant la parole, le coordonnateur du projet Think Peace, Abdoul Kassim FOMBA, a exprimé la disponibilité du projet PESAI à accompagner les bénéficiaires. Il a aussi indiqué que ces activités se poursuivront dans les centres de Koulikoro et de Bollé Femme.
D’autres initiatives, concernant la socialisation des détenus devront démarrer dès ce mois de décembre 2020.

Share