Inclusive et orientée résultats avec la méthode RA-AR. Think Peace met un accent particulier à la participation des acteurs locaux dans tout le processus de réflexion et de mise en œuvre de ses activités.

Dans le cadre de nos études de recherche, nos méthodes sont basées sur des entretiens individuels et des focus groupes en utilisant des profils ciblés, l’effet boule de neige ou le modèle génogramme.

Objectif 1 : Réduire les conflits inter et intra-communautaires

Chaque communauté vit avec des spécificités précises. Les conflits sont liés à des facteurs multiples et quelques fois complexes. Think Peace met l’accent sur l’existant. Il s’agit des acteurs clés, autorités et institutions locales qui sont engagés à user de leur influence et expérience locale. Il faudra à cet effet coupler les modes existants de résolution des conflits et ceux traditionnels pour apporter efficacement une solution.

Les légitimités traditionnelles, les religieux, les autorités locales comme nationales devront résoudre pacifiquement les conflits inter et intra-groupes et réduire les facteurs diviseurs.

 

Objectif 2 : Renforcer les liens de confiance entre les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et la population

Un des constats majeurs reste la grande perception de divergence entre les FDS et les populations. Sans réelle collaboration entre ces acteurs, difficile d’agir sur les alliances contre nature avec les forces obscures, d’avoir une forte implication des communautés dans leur propre sécurité et de lutter contre l’amalgame.

Think Peace décide de mener des activités de rapprochement pour, graduellement, instaurer la confiance et le besoin de collaborer.

 

Objectif 3 : Prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent en milieu carcéral et hors carcéral

Plusieurs membres d’une communauté sont arrêtés au champ des opérations, dès fois, certains d’entre eux se retrouvent au mauvais endroit, au mauvais moment. Think Peace, avec l’appui des acteurs pénitentiaires, travaille à réduire les cas de radicalisation dans le milieu carcéral en appuyant au tri des cas radicalisés et non radicalisés et en apportant une approche socialisante auprès des détenus.

Dans le milieu hors-carcéral, les actions d’information et de sensibilisation permettent d’éveiller les consciences des membres des communautés locales afin qu’ils s’engagent activement, avec les autorités et les acteurs de la société civile concernés, à la mise en œuvre de politiques nationales visant à prévenir l’extrémisme violent et à promouvoir la réconciliation.